top of page

MAURA GUERRERA - SPARTENZA

Musiques du Monde et traditionnelles

Chants traditionnels siciliens

Maura GUERRERA | Chant, Tambourin sicilien

Malik ZIAD | Mandole, Guembri, Oud, Chant

Manu Théron | Invité

DERNIER ALBUM

L’album SPARTENZA été sélectionné par le jury du du Prix national de la Cité de Loano pour la musique traditionnelle italienne et a remporté la première place du prestigieux Weekly World Music Charts en juin 2020.

Le duo a été programmé au Babel XP 2023.

" Et à la différence de situations musicales conventionnelles où le chant doit être porté par une voix, le trésor sicilien offre cette possibilité rare de faire porter la voix par un chant. Mû par le souffle, ponctué de soupirs, sillonné de lieux et de personnages totémiques, ce chant a traversé les siècles sans jamais s’altérer. Il répond aux horizons, les déchire ou les apaise sans jamais les trahir."

Manu Théron.


Découvrez le :



LA PRESSE EN PARLE

« Ils sont ici et viennent d’ailleurs, d’au-delà les flots. Elle de Sicile, lui d’Algérie. Ensemble, ils s’appellent Spartenza, un mot sicilien qui signifie départ, séparation, éloignement… Un mot qui prend ses distances, dignement. Un mot qu’ils font vivre, vibrer, résonner inventant un no man’s land, un bout de terre ou de roche, un ilet perdu entre leurs cultures respectives.Elle à la voix et au tambourin, lui au mandole, au guembri et au choeur invente un répertoire profond, intense, emprunt de traditions et libre à la fois. Une belle rencontre, une délicieuse osmose, artistiquement accompagnée lors de sa création par Manu Théron (Gacha Empega, Lo Cor de la Plana), qui pourrait/devrait bien les rejoindre sur scène sur certains titres. » Baba Squaaly pour Nova Aime – Radio Nova – Janvier 2020

BIOGRAPHIES

MAURA GUERRERA

Chanteuse sicilienne est marseillaise d’adoption depuis 2013. Maura Guerrera se consacre à l’étude, la valorisation et la transmission des chants paysans de la tradition orale sicilienne. L’artiste messinoise recueille et transforme les suggestions du riche patrimoine rituel-symbolique de la tradition orale, pour développer une poétique personnelle, également grâce à la collaboration avec des musiciens de différents domaines : musique contemporaine dans le cas de la rencontre avec Daniele Del Monaco, musique Chaoui et Cabila avec la rencontre avec le musicien algérien Malik Ziad, et la collaboration avec des musiciens de formation classique tels que la pianiste Katia Pesti et le multi-instrumentiste Giancarlo Parisi.

Elle a eu la chance de se familiariser avec la culture musicale sicilienne de tradition orale dès 1996, grâce à sa rencontre avec des musiciens porteurs de la tradition musicale agropastorale de la région des Monts Peloritani, près de Messine.

« L’une des voix les plus intéressantes de la world music sicilienne, Maura Guerrera est une artiste et chercheuse messinoise qui vit et travaille dans le bullion multiculturel Marseillais ». G. Attardi ( Sicilian Post 2020)
« Maura Guerrera vit la musique sicilienne en se rapportant à la beauté des répertoires, aux inflexions vocales et aux techniques exécutives, avec le dévouement de ceux qui sont formés aux études, aux lectures et à l’écoute, mais montre aussi la capacité de tracer leur propre réflexion stylistique sur des matériaux oraux traditionnels, alliant naturellement son chant aux cordophones et percussions de Ziad, qui produisent un son dépouillé qui ne cherche pas l’encombrement, construit sur des arpèges de cordes et des impulsions percussives qui savent soutenir la voix lumineuse de Maura. » Ciro De Rosa. (www.blogfoolk.com – février 2020)

MALIK ZIAD

Né à Alger en 1974. Musicien autodidacte, il se passionne pour les instruments à cordes, et plus particulièrement pour ceux, Traditionnels, de son pays : Gumbri et mandole. En Algérie, il s’imprègne des rythmes exaltés des gnawa et de la musique populaire Chaâbi. Son parcours l’amène vers des partages musicaux de tous horizons qu’ils soient issus de l’Afrique noire, de la Bretagne, de la Provence, de l’Europe de l’Est, de Sicile …


MANU THÉRON

Grand-mère chanteuse lyrique et des parents amateurs de rock et de musiques électroniques, le jeune Manu Théron aurait pu être immunisé à jamais. En 1987, pourtant, il replonge, et fréquente la classe de son de Lucien Bertolino, aux Beaux-arts de Marseille.

Puis, ce sont les voyages qui terminent travail. En Italie, il se familiarise avec l’héritage populaire septentrional et le travail des animateurs-chercheurs du nuovo canzoniere. En Bulgarie, plus précisément en Thrace centrale, il découvre un folklore institutionnalisé d’un très haut niveau d’exigence et de contenu artistique. De retour en France, Manu Théron est convaincu qu’un travail s’impose dans sa région, estimant que les héritiers du folk y ont délaissé le chant au profit de recherches sur l’instrumentarium. Nous sommes en 1995. Un artiste passionné est en train de naître.

En compagnie de Barbara Ugo et Sam Karpienia, il fonde Gacha Empega dont le parcours éphémère impressionne autant que l’ambition : inventer un chant collectif inspiré des polyphonies méditerranéennes, à la fois prise de parole volontariste et invention vocale « libertaire ». Le groupe s’arrête après un disque et deux ans de tournée dans tous les pays d’Oc, en France et en Europe.


DOSSIER DE PRÉSENTATION

DOSSIER-DEF-FR-Maura-Guerrera-e-Malik-Ziad-Mani-Theron-SPARTENZA
.pdf
Download PDF • 264KB

IL LUNGO VIAGGIO

«Maigres et usés par le soleil», poussés par la misère, des paysans siciliens entreprennent un long voyage vers l’Amérique en quête de leur fortune. Mais au terme de onze jours de bateau, victimes d’une vaste tromperie, avec leur rêve d’Amérique ils débarqueront à nouveau en Sicile…

«Il lungo viaggio» est un hommage à la nouvelle de Leonardo Sciascia, où Maura Guerrera (chant et « tammureddu », un tambourin sicilien), Malik Ziad (mandole), Germain Chaperon (guitare), Thomas Lippens (percussions) et Juri Cainero (percussions) nous embarquent dans l’univers sonore des chants traditionnels siciliens. En escale dans le bouillon de culture marseillais, ces chants que Maura Guerrera a sélectionné à partir d’un travail de collectage s’imprègnent et se fondent naturellement avec les mélodies du désert algérien, les rythmes méditerranéens et bien plus.

Maura Guerrera fait vibrer ces chants qui ont accompagné pendant des siècles le cycle de la vie dans le monde paysan, de la naissance jusqu’à la mort. Des chants rituels aussi, pour invoquer la bienveillance de la nature qui, dans toute sa puissance, se trouvait au centre des activités humaines (pour la réussite de la moisson, afin de soulager le travail dans les mines ou rythmer la pêche…).

Un hommage finalement à la Sicile de ces paysans «usés par le soleil » mais aussi à tous ceux qui ont essayé de partir et ont échoué, à ceux qui sont partis et songent au retour, à ceux qui se sont laissés adopter par un port lointain, en tissant leurs propres traditions et mélodies avec celles de l’autre.


DOSSIER DE PRÉSENTATION

Il-lungo-viaggio-présentation
.pdf
Download PDF • 509KB